images

 

 

C'est le dernier module étudié pour lequel j'ai obtenu la note de 18/20 !

 

 

Dans ce module, nous avons vu le fonctionnement général des organes des sens (langue, yeux, oreilles, nez et peau) et abordé le rapport entre l'émotionnel et les troubles reliés à ces organes !

 

Comment nos émotions, nos habitudes de vie, s'impriment sur notre peau, véritable miroir de l'âme et de l'organisme !

Comment les événements de nos vies (chocs émotionnels, image de soi, stress) peuvent impacter inconsciemment notre façon de voir la vie et donc notre vision ! 

Comment le bruit peut nuire à notre santé, à la socialisation, à l'apprentissage !

Quel bel organe est notre peau ! 

A la fois émonctoire des deux types de déchets, barrière entre le monde extérieur et notre monde intérieur, fenêtre sur notre santé, miroir de nos émotions, combien de termes de notre language l'évoquent (être mal dans sa peau, changer de peau, avoir la chair de poule, être rouge de colère ou vert de peur, etc...)

Un sujet très intéressant et très vaste !

Je vous livre la dernière partie de mon devoir sur le bruit et le goût !

 

9/ 45 décibels serait l’idéal à ne pas dépasser : votre avis ?

Il me semble qu’il doit y avoir un équilibre au bruit auquel nous sommes soumis durant la journée ! On peut tout à fait supporter jusqu’à 85 décibels sur

un temps court si on retrouve par la suite un niveau sonore entre 40 et 45 décibels ! Habitant moi-même une rue très passante (camions, voitures, bus en nombre important aux heures de pointes), l’arrivée des doubles vitrages a bien changé notre quotidien ! Si un silence total peut provoquer de l’inquiétude, un environnement trop bruyant peut provoquer du stress et de la fatigue ! Il y a une dimension émotionnel au bruit, le chant des oiseaux est harmonieux et nous met en joie, le ressac de la mer nous détend, alors que le passage d’une mobylette pétaradante, nous exaspère et nous stress, ou les pleurs nous attristent !

Vivre dans un environnement bruyant est néfaste et fatigant, cela nuit à l’apprentissage et à la socialisation ! Des enfants vivant dans une famille nombreuse et dans peu d’espace, peuvent être soumis à des niveaux sonores importants, les empêchant de bien assimiler leurs leçons, les obligeant à crier pour se faire entendre et ne leur permettant pas d’avoir le repos nécessaire à une bonne récupération, cela peut engendrer un échec scolaire, des troubles du sommeil, de l’anxiété et des comportements sociaux brutaux !

Le silence, peut également provoquer l’anxiété ! Chez les enfants à haut potentiel, donc sensibles à tout et à tous les environnements, le silence est source d’angoisse, aussi il n’est pas rare de les entendre parler, ou chanter, ou faire du bruit car ce dernier les distrait, et les empêche de penser en continu ! Le calme de la nuit devient alors un moment angoissant !!

Tout est subjectif, chacun à

sa propre tolérance au bruit, mais il est clair qu’il vaut mieux vivre au quotidien dans un environnement peu bruyant (entre 15 et 50 décibels) plutôt que d’être exposé constamment à un bruit ambiant important qui nous causera à la longue, des problèmes auditifs dans un premier temps, puis aura une répercussion sur notre santé en général en nous causant, stress, fatigue, insomnies et tous les maux qui en découlent !

 

10/ Faut-il manger pour ses papilles ou pour sa santé ? Développez :

Les deux ne sont pas incompatibles !!! Loin de là !!!

De mon enfance, jusqu’à ce que je prenne mon indépendance, j’ai mangé à la table de mes parents, une cuisine simple, familiale et gourmande, légumes, viandes, yaourts, chocolat, pain revenaient quotidiennement au menu ! Des repas sources de plaisir le plus souvent et à cette époque je me souciais peu de ma santé, ayant la chance que tout aille bien pour moi !

L’indépendance et l’apprentissage de la cuisine, m’ont plongée dans une période que je qualifierai de pléthorique en aliments néfastes pour la santé, mais tellement bon au goût pour mon palais de jeunes adultes habitués à la Junk Food et n’ayant pas beaucoup de moyens financiers pour m’approvisionner ailleurs que dans les discounts ! Avec l’arrivée de ma fille, nous avons réappris à cuisiner comme chez nos parents, pour les enfants et parce que les kilos commençaient à s’installer un peu trop à notre goût, sur nos corps de parents trentenaires !

C’est il y a 11 ans que s’est produit l’électrochoc !!! Mon mari étant immobilisé suite à une luxation de l’épaule, ma collègue (végétarienne) nous a donné des livres dont elle ne voulait plus (censés occuper les longues journées de mon époux), et parmi eux se trouvait le livre du docteur KOUSMINE, « soyez bien dans votre corps jusqu’à 80 ans et  plus » !!! C’est grâce à ce livre que nous avons réalisé l’importance de notre mode alimentaire sur notre santé et que j’ai commencé à réformer les choses au quotidien pour retrouver des aliments sains et ne plus alimenter le portefeuille de mon médecin en visites mensuelles pour des rhinopharyngites qui ne me laissaient que peu de répit durant les mois d’hiver !!!

Depuis, nous avons fait bien du chemin et découvert beaucoup de choses, testé beaucoup de « modes » alimentaires et retrouvé une santé satisfaisante, changé de médecin (le nouveau ne voit mon mari que pour des certificats médicaux pour le sport !!!) et pourtant nous prenons plaisir à manger !!! Nous avons retrouvé le goût des choses simples, brutes et peu transformées, le goût des fruits, goûter de nouveaux « anciens » légumes et investit dans un extracteur de jus, et dernièrement un germoir automatique !!!

Les aliments industriels, bourrés de sucres, de graisses, de colorants, d’additifs avaient corrompus nos papilles et nous avaient rendus addictes aux saveurs sucrées, grasses (celles que nous préférons puisqu’elles sont les premières que l’on ait goûté avec le lait maternel !!), nous ne sentions plus le goût, notre palais était anesthésié et formaté aux mêmes goûts insipides des produits de l’industrie alimentaire !!!

Je pense qu’il faut être conscient du rôle de l’alimentation dans le maintien de la santé et s’efforcer de manger intelligemment la plupart du temps, tout en conservant une place pour les petits plaisirs gustatifs moins sains pour le corps mais tellement bon pour le moral !

Tout est question d’équilibre encore une fois, tout est poison, rien n’est poison, cela dépend de la quantité, de la qualité et de la régularité de la consommation des aliments dits « de plaisir » !

Ma conclusion personnelle serait : « Manger sainement, c’est bon !!! »

Voilà pour ce module !

A bientôt sur le journal de Zélie !

Et ce joli poème sur les cinq sens :

Je-vois-jentends